Prière - Histoire - Chronologie - Lieux de culte - Chants




Prière à Sainte Germaine:

Souvenez-vous, ô très douce Germaine,
de vos frères et de vos sœurs qui gémissent
et qui souffrent dans cette vallée de larmes.

Souvenez-vous qu'ils espèrent en vous,
qu'ils attendent de vous secours dans leurs épreuves, consolation dans leurs douleurs.

Souvenez-vous que vous aussi avez gémi,
que vous aussi avez pleuré,
que vous aussi avez connu la pauvreté,
l'isolement, l'humiliation et la souffrance.

Et maintenant, dans votre gloire, Souvenez-vous de nos misères;
dans votre puissance, Souvenez-vous de notre infirmité; dans votre bonheur, Souvenez-vous de nos larmes.

Formez-nous à l'école de votre douceur,
de votre patience, de votre foi, de votre charité.

Puis, au sortir de ce monde, recevez-nous dans l'éternelle patrie.


Histoire de Sainte Germaine:

C'est à Pibrac, près de Toulouse, que naquit en 1579 Germaine Cousin durant une époque troublée par les guerres de religion et les pillages. Bien des historiens se sont penchés sur la filiation de Sainte Germaine. Tout ce que l'on peut retenir de toutes ces études, c'est le fait qu'elle soit bien née dans la famille Cousin, à la métairie de Mestre Laurens; Le domaine et la maison sont encore préservés de nos jours. L'arbre généalogique faisant état de la filiation de Germaine énumère les noms des personnes de son entourage ayant joué un rôle important durant sa courte existence terrestre.
Dès l'âge de cinq ans, Germaine, orpheline de mère, est rejetée, mal aimée, tenue à l'écart de la famille du fait de sa condition physique. Sa belle-mère (marâtre) la considère comme sa servante - elle est atteinte d'écrouelles ou scrofules - est de plus manchote de sa main droite atrophiée. Elle passe ses journées à garder les moutons sur les bords du Courbet et à provoquer l'étonnement du village par sa patience, sa douceur et sa piété. De cette époque datent les premiers miracles qui ont fait sa renommée. Là où elle se trouve, Germaine mal aimée et faible, prie lorsque l'Angélus sonne et trouve le réconfort qu'elle ne rencontre pas autour d'elle.
En 1601, Germaine meurt épuisée (elle a 22 ans) ; elle est retrouvée un matin dans la bergerie, morte auprès de ses moutons.Fait encore non élucidé, elle est enterrée dans l'église de Pibrac.

Cette histoire, telle une légende, aurait bien pu s'arrêter là : Une enfant sans importance ne laissant pas de famille, ou si peu ; elle n'a rien dit, rien fait d'exceptionnel, n'a rien écrit.
Un matin du mois de décembre 1644, Guillaume Cassé fossoyeur carillonneur et son aide Gaillard Baron, sont chargés de creuser la dernière demeure de Germaine Audouane qui a demandé, par testament, d'être ensevelie dans l'église.
Ils attaquent le sol devant l'autel et qu'elle n'est pas leur surprise en découvrant le corps d'une jeune fille d'une vingtaine d'années conservé dans son linceul. Il semble que le corps soit déposé là, depuis juste quelques jours. Le coup de pioche du fossoyeur qui a touché le nez laisse apparaître une chair incarnat et qui semble légèrement saigner comme si elle était vivante. Une vive émotion étreint nos braves fossoyeurs. Ce moment fort passé, ils se trouvent dans l'incapacité de l'identifier comme d'ailleurs le curé de Pibrac et son vicaire. La nouvelle se répand dans le village, les villageois sont interloqués et se rendent sur le lieu. Deux anciens du village, Pierre Pailhès et Jeanne Salères reconnaissent une de leur contemporaine, Germaine Cousin décédée dans les deux premières années de l'an 1600.
La Béatification de Bienheureuse Germaine Cousin est faite par Pie IX le 7 Mai 1854 à Rome.
La Canonisation a lieu le 29 Juin 1867 et un triduum lui est consacré à la cathédrale St Etienne de Toulouse.


Chronologie:

1579 - Naissance de Germaine Cousin
1601 - Décès
1644 - Découverte du corps
1664 - Premier miracle
1854 - Béatification
1867 - Canonisation
1901 - Pose de la 1ère pierre de la Basilique


Lieux de culte:

L'Eglise paroissiale (Sainte Marie-Madeleine)
Bien que restaurée depuis l'époque de Sainte Germaine, c'est dans cette église que Germaine Cousin assistait tous les jours à la messe et que son corps intact a été retrouvé en 1644. Les reliques de Sainte Germaine y sont conservées dans une châsse.

La Basilique Sainte Germaine
est située sur l'Esplanade face à l'église paroissiale. Elle a été construite en l'honneur de notre Sainte. Commencée en 1901 elle fut achevée et consacrée en 1967.

La Maison natale de Sainte Germaine
est située sur la colline à 3 kilomètres de Pibrac. Dans ce lieu conservé intact vécut et mourut Sainte Germaine entre 1579 et 1601. La Maison est reliée à la Basilique par un Chemin de Croix qui emprunte le trajet que parcourait Sainte Germaine pour aller de la Métairie à l'église.


Hymne à Sainte Germaine:

Ref: Ô Germaine priez pour nous,
Ô Germaine priez pour nous,
Priez pour nous.

1. Ô patronne des jeunes filles
Vierge au front si pur et si doux
Bénissez nous et nos familles
Ô Germaine priez pour nous.

2. Pauvre enfant, chétive et percluse
Que mille injures, mille coups
Obligeaient à vivre en recluse,
Ô Germaine, priez pour nous.

3. Le Courbet gonflé par l'orage,
Sous vos pas, calme son remous
Et vous laisse un libre passage;
Ô Germaine, priez pour nous.

4. Contemplez, dans votre chapelle,
Tous vos pèlerins à genoux :
Si la fête vous semble belle,
Ô Germaine priez pour nous.


À Sainte Germaine:

Ref : Sainte Germaine
Priez, priez pour nous
Sainte Germaine
Priez, priez pour nous.

1. Petite fleur cachée
Pauvre et sans nul savoir
Pourtant l'humble Germaine
Sait le plus grand secret.

2. Au savant et au sage
Il n'est pas révélé,
Père, je te rends grâces,
Dit le Seigneur Jésus !

3. Car la toute petite,
Celle qui ne sait rien,
A reçu la lumière
Plus haute que le ciel.

4. Aux yeux de la bergère
Le monde est transparent
Derrière la campagne
Elle perçoit son Dieu.

 
 
Créateur & Webmaster: Romain Fito . © Ière Toulouse 2003-2008 . Infos légales